L’ECDC est préoccupé par la hausse du taux d’isolats d’Enterococcus faecium résistants à la vancomycine


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a exprimé son inquiétude face au taux croissant d’isolats d’Enterococcus faecium résistants à la vancomycine.

Le rapport de l’agence sur la Surveillance de la résistance aux antimicrobiens en Europe en 2018 montre que le pourcentage moyen pondéré par la population d’isolats d’Enterococcus faecium résistants à la vancomycine dans l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) a augmenté, passant de 10,5 % en 2015 à 17,3 % en 2018. Aucune tendance géographique distincte n’a été observée.

En 2018, plus de la moitié des isolats d’Escherichia coli et plus d’un tiers des isolats de Klebsiella pneumoniae étaient résistants à au moins un groupe d’antimicrobiens, et la résistance combinée à plusieurs groupes d’antimicrobiens était fréquente.

Même si la résistance aux carbapénèmes est restée rare parmi les bactéries Escherichia coli, plusieurs pays ont rapporté des pourcentages de résistance aux carbapénèmes supérieurs à 10 % pour Klebsiella pneumoniae. La résistance aux carbapénèmes était également fréquente chez les bactéries Pseudomonas aeruginosa et Acinetobacter.

Le rapport indique que pour Streptococcus pneumoniae, la situation en matière de résistance semble stable, mais avec de grandes variations inter-pays. La baisse du pourcentage d’isolats de Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) s’est poursuivie en 2018, même si les taux étaient encore élevés dans plusieurs pays et si la résistance combinée à d’autres groupes d’antimicrobiens était fréquente.

Selon l’ECDC, les données montrent que les mesures de santé publique menées pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens restent insuffisantes.