L’ECDC émet des recommandations sur les tests intégrés de dépistage du VIH, du VHB et du VHC

  • European Centre for Disease Prevention and Control

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a émis des recommandations basées sur des données probantes pour le dépistage des infections à VIH, à VHB et à VHC reposant sur une approche intégrée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le but de l’ECDC est de contribuer à ce que l’objectif mondial d’élimination de ces virus d’ici 2030 soit atteint.
  • Bien que le traitement précoce soit essentiel, un cas d’infection à VIH sur 2 n’est pas identifié avant d’atteindre des stades avancés, et environ 9 millions d’Européens ignorent qu’ils sont atteints d’une infection chronique à VHB ou à VHC.

Directives clés

  • L’infection par un virus peut accroître le risque d’être infecté par un autre virus, ce qui confirme la nécessité de dépister les trois virus simultanément.
  • Chaque pays doit mettre en œuvre une stratégie de dépistage intégrée respectant 6 principes clés :
    • Dépistage accessible, volontaire, confidentiel et soumis à un consentement éclairé. 
    • Apport d’informations appropriées avant et après le dépistage.
    • Dépistage lié aux soins.
    • Dépistage normalisé dans les établissements et services de santé.
    • Formation appropriée proposée aux personnes effectuant les tests.
    • Cadre national de surveillance et d’évaluation établi.
  • Les populations cibles comprennent les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les travailleur(se)s du sexe, les usagers de drogues par injection, les personnes recevant des produits sanguins, les femmes enceintes, les personnes incarcérées ou celles qui ont des partenaires sexuels ou d’injection qui sont infectés.
  • Le dépistage devrait être proposé dans le cadre des soins en médecine générale, dans les cliniques, les pharmacies et les prisons, dans la communauté et sous forme d’autotest de dépistage.