L’autosurveillance du glucose sanguin montre un bénéfice dans le cadre du DT2 d’apparition récente

  • Sia HK & al.
  • Sci Rep
  • 13 janv. 2021

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’autosurveillance du glucose sanguin (ASGS) pourrait améliorer le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2 (DT2) nouvellement diagnostiqué, indépendamment de la présence ou non d’un traitement par sécrétagogues de l’insuline.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le bénéfice de l’ASGS sur le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes d’un DT2 ne prenant pas d’insuline/de sécrétagogues de l’insuline s’est avéré incertain.  

Méthodologie

  • Une étude rétrospective et monocentrique a été menée auprès de 4 987 patients ayant récemment reçu un diagnostic de DT2 (il y a moins de 1 an) et non traités par insuline.
  • Financement : Fondation de recherche de l’hôpital chrétien de Changhua.

Principaux résultats

  • Les patients ayant commencé tôt à recourir à l’ASGS (plus de 1 fois par semaine à l’inclusion) présentaient un taux d’HbA1c plus faible que ceux n’ayant pas commencé tôt à recourir à l’ASGS, avec une différence maximale de 0,55 % à 3 mois et une différence minimale de 0,45 % à 6 et 12 mois.
  • Entre les patients ayant eu recours à l’ASGS à l’inclusion et au point d’évaluation et ceux n’ayant eu recours à l’ASGS à aucun de ces deux moments, les variations ont été de 0,64 % à trois mois à 0,57 % à six mois.
  • Parmi les patients prenant des sécrétagogues de l’insuline, ceux ayant eu recours tôt à l’ASGS sont parvenus à une plus grande réduction du taux d’HbA1c que ceux n’y ayant pas eu recours, avec des différences allant de 0,52 % à 3 mois à 0,36 % à 6 et 12 mois.
  • En ce qui concerne le recours à l’ASGS aux deux moments, par rapport à aucun des deux moments, les variations en matière de réduction du taux d’HbA1c ont été de 0,72 % à trois et neuf mois à 0,63 % à six mois.
  • Parmi ceux ne prenant pas de sécrétagogues de l’insuline, la réduction du taux d’Hba1c entre ceux ayant eu recours tôt à l’ASGS et ceux n’y ayant pas eu recours a varié de 0,61 % à 3 mois à 0,56 % à 12 mois (Pinteraction ≤ 0,002 pour toutes les variations).

Limites

  • Étude non randomisée.
  • Étude observationnelle.
  • Pas de données concernant le statut financier et le régime alimentaire.