L’attaque d’un hôpital entraîne l’assassinat d’un médecin


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un intervenant déployé pour lutter contre le virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC) a été tué et deux autres personnes ont été blessées à la suite d’une attaque ayant frappé l’hôpital universitaire de Butembo. 

Le Dr Richard Valery Mouzoko Kiboung, un épidémiologiste déployé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le cadre de la riposte à la flambée d’Ebola en RDC, a été tué dans une attaque le 19 avril, durant une réunion de coordination se tenant à l’hôpital. 

Dans un communiqué, le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a condamné l’attaque. « L’ensemble de l’OMS et moi-même sommes profondément attristés par la perte de notre collègue et frère, le Dr Mouzoko. Il s’est mis en première ligne pour sauver des vies en République démocratique du Congo. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses amis dans cette période très difficile », a-t-il déclaré. 

Le Dr Tedros a décrit l’attaque comme « un rappel tragique » des risques que prennent chaque jour les agents de santé pour protéger la vie et la santé d’autrui. « Nous sommes scandalisés par cette attaque : les agents de santé et les établissements de santé ne doivent jamais constituer des cibles », a-t-il ajouté. 

Le chef de l’OMS a déclaré que l’organisation procède actuellement à l’évaluation de la situation sécuritaire pour garantir la sécurité de tous les patients, de tous les agents de santé et de tous les intervenants déployés pour lutter contre Ebola.