L’atrophie musculaire survient rapidement avec la ventilation artificielle chez l’enfant


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chez les enfants faisant l’objet d’une ventilation artificielle invasive, l’atrophie du diaphragme et d’autres muscles squelettiques est fréquente et rapide, selon une recherche publiée dans la revue PLoS One.

L’étude de cohorte monocentrique et prospective a inclus 34 enfants faisant l’objet d’une ventilation artificielle invasive pendant au moins 48 heures. Des échographies en série au chevet du patient ont été réalisées afin d’évaluer l’épaisseur du diaphragme, du muscle biceps brachial/muscle brachial, du muscle quadriceps fémoral et du muscle tibial antérieur. Des myographies de l’impédance électrique (MIE) en série ont été évaluées chez des enfants âgés de plus d’un an.

Sur 34 participants, 30 ont effectué au moins 2 évaluations par échographie avec un intervalle médian de 6 jours.

Dans l’ensemble de la cohorte, l’épaisseur du diaphragme a diminué de 11,1 % entre les deux premières évaluations, ce qui correspond à une diminution de 2,2 % par jour. L’épaisseur des quadriceps a diminué de 8,62 %, soit 1,5 % par jour. L’épaisseur des biceps et des muscles tibiaux n’a pas évolué.

Dans l’ensemble de la cohorte, 47 % des enfants ont présenté une atrophie du diaphragme (diminution de l’épaisseur supérieure ou égale à 10 %). 83 % des enfants ont présenté une atrophie au niveau d’un groupe de muscles au minimum, et 47 % ont présenté une atrophie au niveau de deux groupes de muscles au minimum.

Dans une régression linéaire multivariée, l’augmentation de l’âge et la présence d’une lésion traumatique du cerveau (LTC) ont été associées à une plus grande perte musculaire.