L’ASTRO publie des recommandations relatives à la radiothérapie dans le cadre du cancer du col de l’utérus

  • Chino J & al.
  • Pract Radiat Oncol
  • 18 mai 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine de radio-oncologie (American Society for Radiation Oncology, ASTRO) a publié des recommandations relatives à la radiothérapie chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus.

Recommandations principales

  • Radiothérapie postopératoire :
    • Chez les patientes présentant un risque chirurgico-pathologique élevé, une radiothérapie externe (RTE) adjuvante et une chimiothérapie concomitante à base de platine sont recommandées.
    • Chez les patientes présentant un risque intermédiaire, une RTE adjuvante est recommandée afin de réduire le risque de récidive locorégionale.
  • Une radiothérapie définitive et une chimiothérapie concomitante à base de platine sont recommandées chez les femmes atteintes d’une maladie de stade IB3–IVA selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique.
    • La planification d’une hystérectomie adjuvante après la radiothérapie ou la radiochimiothérapie n’est pas recommandée.
    • Une radiochimiothérapie définitive est recommandée, de manière conditionnelle, chez les femmes atteintes d’un cancer inopérable de stade IA1–IB2.
  • La radiothérapie avec modulation d’intensité, afin de réduire la toxicité aiguë et chronique, est :
    • recommandée après une radiothérapie postopératoire avec ou sans chimiothérapie ;
    • recommandée, de manière conditionnelle, chez les femmes qui reçoivent une radiochimiothérapie définitive.
  • Une curiethérapie est recommandée chez toutes les femmes qui reçoivent une radiothérapie définitive.
    • Des examens d’imagerie peropératoires sont recommandés pour la curiethérapie, si possible.
    • Une planification par imagerie par résonance magnétique (IRM) ou tomodensitométrie (TDM) de la prescription basée sur le volume est recommandée.
    • Une planification en 2D/à points est recommandée si une planification basée sur le volume ne peut pas être effectuée.
    • Dose/Fractionnement optimaux du schéma de curiethérapie : chez les femmes recevant une radiothérapie définitive, l’EQD210 totale de la RTE et de la curiethérapie doit être d’au moins 8 000 cGy.