L’assouplissement des réglementations relatives aux médicaments issus de la médecine régénératrice pourrait entraîner une réaction en chaîne à l’échelle du globe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon les auteurs d’une nouvelle recherche publiée dans la revue Science, les pays qui assouplissent les réglementations relatives aux médicaments issus de la médecine régénératrice pourraient causer un effondrement des normes internationales. 

Les auteurs suggèrent que les pressions concurrentielles pourraient conduire à des réglementations devenant « plus permissives ». Ils affirment par ailleurs que le domaine de la médecine régénératrice pourrait être particulièrement vulnérable à une course au « moins-disant réglementaire » en raison des promesses sur le plan économique, des investissements réalisés dans le domaine et de l’espoir d’alléger les budgets de santé publique en augmentation. 

Ils expliquent qu’au moment où la Corée du Sud est devenue le premier pays à proposer un traitement réglementaire préférentiel à la médecine ayant recours aux cellules souches, un « déluge » d’approbations de produits médicaux à base de cellules souches s’en est suivi. Les auteurs affirment que si les approbations sud-coréennes ont suscité un scepticisme à l’échelle internationale, « les normes régissant les données cliniques ayant été sacrifiées aux intérêts personnels », l’effet a été différent au Japon, qui a commencé à considérer la Corée du Sud comme un concurrent. Cela a entraîné des changements dans la législation pour permettre aux produits issus de la médecine régénératrice d’entrer plus rapidement sur le marché. En outre, les auteurs déclarent que certains organismes de réglementation ont réagi au nouveau régime réglementaire japonais en le considérant comme un « enjeu de compétitivité ». 

« Nous ne souhaitons absolument pas voir évoluer la médecine en fonction de la concurrence », a déclaré le professeur Margaret Sleeboom-Faulkner. « Dans l’idéal, les réglementations devraient être coordonnées à l’échelle internationale avec une approche collaborative mondiale dans le but de maintenir des normes minimales. »