L’association trifluridine/tipiracil se montre prometteuse dans le cadre du carcinome des voies biliaires

  • Chakrabarti S & al.
  • Oncologist
  • 11 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association trifluridine/tipiracil a rempli le critère d’évaluation de la survie sans progression (SSP) pour l’efficacité, chez des patients atteints d’un carcinome des voies biliaires (CVB) qui avaient reçu au moins un traitement antérieur.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe pas de traitement de deuxième intention établi dans le cadre du CVB.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II multicentrique a été mené en ouvert (N = 27).
  • Financement : Taiho Oncology.

Principaux résultats

  • Environ 60 % des patients avaient reçu au moins 3 schémas, et 81,5 % avaient préalablement été exposés à la fluoropyrimidine.
  • Le taux de SSP à 16 semaines était de 32 % (8 sur 25), ce qui était supérieur au seuil prédéfini pour le critère d’évaluation principal de l’efficacité (au moins 6 patients vivants et sans progression).
  • Dans l’ensemble, la SSP médiane était de 3,8 mois (IC à 95 % : 2–5,8) et la SG médiane était de 6,1 mois (IC à 95 % : 4,4–11,4).
  • Les toxicités les plus fréquentes étaient la neutropénie, l’anémie et la fatigue.
    • La plupart des événements indésirables étaient de grade 1 ou 2.
    • 11,1 % des patients ont présenté des toxicités de grade 4.

Limites

  • Étude menée en ouvert.
  • Petit nombre de patients.