L’Association médicale mondiale condamne l’emploi de la violence contre les médecins soudanais


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Association médicale mondiale (AMM) a condamné l’emploi de la violence et notamment d’armes létales contre les opposants et les médecins au cours des récentes manifestations qui ont eu lieu au Soudan.

Une série de manifestations s’est déroulée dans le pays ces dernières semaines, dans le but de protester contre l’effondrement du secteur public. Les médecins se sont également mis plusieurs fois en grève concernant leur incapacité à dispenser des soins adéquats aux patients.

Il est rapporté que, dans la région, 30 personnes ont été tuées depuis le début des protestations le mois dernier et, selon des allégations, les forces de sécurité ont ciblé des hôpitaux et des médecins. 

L’AMM exhorte à présent les autorités à reprendre immédiatement le contrôle des forces de sécurité pour assurer qu’elles cessent d’employer la violence contre les manifestants et mettre un terme aux attaques contre le personnel et les établissements médicaux ainsi que les personnes souhaitant recevoir un traitement à l’hôpital. 

Dans une lettre adressée au président du Soudan, le président de l’AMM, le Dr Leonid Eidelman, a déclaré : « Nous déplorons le fait que les professionnels et établissements de santé soient les cibles d’attaques de la part des forces de sécurité ». Il a appelé les autorités à ouvrir un dialogue avec les médecins au sujet de leurs revendications et à s’attaquer aux causes profondes de la crise économique ayant conduit la population dans la rue.