L’association lopinavir et ritonavir n’offre aucun bénéfice en termes de survie chez les adultes hospitalisés atteints d’une forme grave du COVID-19

  • Cao B & al.
  • N Engl J Med
  • 18 mars 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement par lopinavir et ritonavir n’améliore pas la survie ou le délai jusqu’à une amélioration clinique lorsqu’il est ajouté aux soins de soutien standard, chez des adultes hospitalisés atteints d’une forme grave du COVID-19.
  • Les données suggèrent que l’association permet d’obtenir un séjour en unité de soins intensifs (USI) plus court.

Pourquoi est-ce important ?

Principaux résultats

  • 199 patients ont été randomisés (99 dans le groupe intervention, 100 dans le groupe soins standards) ; âge médian de 58 ans, 60,3 % d’hommes.
  • Population en intention de traiter : l’association lopinavir et ritonavir n’a pas réduit le délai jusqu’à une amélioration clinique chez les patients traités :
    • plus de 12 jours AAS : RR de 1,30 (IC à 95 % : 0,84–1,99).
  • Le délai jusqu’à une détérioration clinique était similaire entre les groupes : RR de 1,01 (IC à 95 % : 0,76–1,34).
  • La mortalité à 28 jours était similaire :
    • 19,2 % (19), contre 25,0 % (25) ; 
    • différence : -5,8 % (-17,3 à 5,7).
  • Traitement actif :
    • séjour en USI plus court : 6 jours, contre 11 jours avec les soins standards ;
    • différence : -5 jours (IC à 95 % : -9 à 0).
  • Amélioration clinique plus importante au jour 14 :
    • 45,5 %, contre 30 % avec les soins standards ;
    • différence : 15,5 (IC à 95 % : 2,2–28,8).
  • La charge virale en acide ribonucléique (ARN) ne différait pas au fil du temps.
  • Le traitement actif a été interrompu chez 13,8 % (13) des patients en raison d’événements indésirables liés au traitement.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé, mené en ouvert, a évalué l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’association lopinavir (400 mg) et ritonavir (100 mg) par voie orale, chez des adultes hospitalisés atteints d’une forme grave du COVID-19.
  • Financement : Science et technologie nationales pour la création et le développement de nouveaux médicaments, Chine.

Limites

  • Étude en ouvert.
  • Facteurs de confusion manquants.