L’association du dolutégravir et de deux promédicaments différents du ténofovir dans le traitement du VIH

  • New England Journal of Medicine

  • New England Journal of Medicine
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

RÉSUMÉ

CONTEXTE

L’inclusion de deux médicaments dans des schémas de traitement antirétroviral (TAR) contre l’infection à virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est envisagée : le dolutégravir (DTG) et le fumarate de ténofovir alafénamide (TAF). La quantité de données disponibles concernant leur utilisation dans les pays à revenu faible et intermédiaire est limitée.

MÉTHODES

Nous avons mené un essai de phase III, randomisé, en ouvert, à l’initiative des investigateurs, pendant 96 semaines en Afrique du Sud, au cours duquel nous avons comparé une trithérapie par emtricitabine (FTC) et DTG, associés à l’un des deux promédicaments du ténofovir, le TAF (groupe TAF) ou le fumarate de ténofovir disoproxil (TDF ; groupe TDF), au schéma de référence locale, une association TDF, FTC et éfavirenz (groupe référence). Les critères d’inclusions comprenaient les suivants : un âge supérieur ou égal à 12 ans, ne pas avoir reçu de TAR au cours des 6 mois précédents, un taux de clairance de la créatinine supérieur à 60 ml par minute (et supérieur à 80 ml par minute chez les patients de moins de 19 ans), et un taux d’ARN du VIH du type 1 (VIH-1) d’au moins 500 copies par millilitre. Le critère d’évaluation principal était le pourcentage de patients présentant un taux d’ARN du VIH-1 inférieur à 50 copies par millilitre après 48 semaines (tel que déterminé par l’algorithme instantané de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux [Food and Drug Administration] ; marge de non-infériorité : -10 points de pourcentage). Nous rapportons ici les données primaires (à 48 semaines) concernant l’efficacité et la sécurité d’emploi.

RÉSULTATS

Au total, 1 053 patients ont été randomisés entre février 2017 et mai 2018. Plus de 99 % des patients étaient d’origine ethnique noire, et 59 % étaient des femmes. L’âge moyen des patients était de 32 ans, et la numération moyenne des CD4 était de 337 cellules par millimètre cube. À la semaine 48, le pourcentage de patients présentant un taux d’ARN du VIH-1 inférieur à 50 copies par millilitre était de 84 % dans le groupe TAF, de 85 % dans le groupe TDF, et de 79 % dans le groupe référence ; ces résultats indiquent que les schémas contenant du DTG étaient non inférieurs au schéma de référence. Le nombre de patients ayant interrompu le schéma de l’essai était plus élevé dans le groupe référence que dans les deux autres groupes. Dans la population per protocole, le schéma de référence était aussi puissant que les deux autres schémas. Le schéma à base de TAF avait moins d’effet sur la densité osseuse et la fonction rénale que les deux autres schémas. La prise de poids (masse maigre et masse grasse) était la plus importante dans le groupe TAF et chez les patientes (augmentation moyenne : 6,4 kg dans le groupe TAF, 3,2 kg dans le groupe TDF et 1,7 kg dans le groupe référence). Aucune résistance aux inhibiteurs de l’intégrase n’a été observée chez les patients recevant les schémas contenant du DTG.

CONCLUSIONS

Un traitement associant le DTG et l’un des deux promédicaments du ténofovir (TAF et TDF) a démontré une efficacité non inférieure au traitement par le schéma de référence. La prise de poids était significativement plus importante avec les schémas contenant du DTG, en particulier en cas d’association avec le TAF, comparativement au traitement de référence. (Référence de l’essai ADVANCE sur ClinicalTrials.gov : NCT03122262.)