L’association ceftazidime-avibactam efficace contre la TB hautement résistante aux médicaments


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’association de la ceftazidime, un antibiotique, et de l’avibactam, un inhibiteur enzymatique, pourrait être un traitement efficace de la tuberculose (TB) résistante aux médicaments selon une nouvelle étude. Ce traitement d’association, qui fait déjà l’objet d’une utilisation clinique pour les infections bactériennes à Gram négatif, pourrait aider à juguler la crise croissante liée à la TB résistante aux médicaments dans le monde.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 10,4 millions de personnes dans le monde ont contracté une TB et 1,8 million de personnes sont décédées en raison de la maladie en 2015. Même si de nouveaux antibiotiques comme la bédaquiline et le délamanide ont amélioré les résultats des patients, ces traitements sont toujours associés à un taux d’échec de traitement à 24 mois de 38 % chez ceux atteints d’une maladie ultrarésistante aux médicaments.

Les chercheurs, qui sont en quête d’une voie permettant de déployer immédiatement de nouveaux traitements, ont examiné le potentiel de lutte contre la TB de composés actuellement commercialisés. Ils ont étudié l’association ceftazidime-avibactam actuellement disponible sur le marché et ont comparé son efficacité à d’autres schémas de première intention à l’aide d’un modèle de tuberculose dans un système à fibres creuses, ce qui permet un examen rapide de l’efficacité des médicaments basée sur la pharmacocinétique pulmonaire de l’être humain.

Les chercheurs ont découvert que les isolats cliniques multirésistants et ultrarésistants aux médicaments ont démontré des profils de sensibilité satisfaisants à l’association ceftazidime-avibactam et qu’ils ont été inhibés par des concentrations qu’il est cliniquement possible d’atteindre. Présentant leurs résultats dans la revue Science Advances, les auteurs ont indiqué que l’association pourrait être une option plus sûre pour les femmes enceintes et les patients infectés par le VIH.