L’association anastrozole et fulvestrant se montre supérieure à l’anastrozole seul dans le cadre du cancer du sein avancé HR+, selon une méta-analyse

  • Li M & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 1 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association anastrozole et fulvestrant offre une amélioration de la survie globale (SG) et de la survie sans progression (SSP), comparativement à l’anastrozole seul, dans le cadre du cancer du sein avancé (CSa) à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptors-Positive, HR+).
  • Cependant, cette association entraîne plus d’événements indésirables (EI), d’après les résultats de cette méta-analyse.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association peut fonctionner comme prévu, c’est-à-dire permettre de surmonter une résistance à l’endocrinothérapie.
  • Ces résultats suggèrent que l’association est l’option thérapeutique à privilégier, mais les patientes doivent être informées des EI.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 4 essais contrôlés randomisés (ECR) ayant inclus 2 146 patientes.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • Le groupe association (comparativement au groupe anastrozole seul) a obtenu une amélioration de :
    • la SG : rapport de risque (RR) de 0,86 (P = 0,03) ;
    • la SSP : RR de 0,87 (P = 0,02).
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes au niveau du taux de réponse objective, du taux de contrôle de la maladie, de l’ensemble des EI et des EI de grades 3–5.
  • Le groupe association a présenté un taux plus élevé (risque relatif) pour les EI les plus fréquents suivants :
    • les symptômes pseudo-grippaux : 1,26 (P = 0,002) ;
    • les troubles gastro-intestinaux : 1,20 (P = 0,02) ;
    • les douleurs aux extrémités/musculaires : 1,18 (P = 0,07) ;
    • les bouffées de chaleur : 1,55 (P = 0,007) ;
    • les effets hématologiques : 1,69 (P = 0,004) ;
    • la fatigue : 2,75 (P = 0,003) ;
    • les douleurs osseuses : 2,10 (P = 0,03).

Limites

  • Petit nombre d’ECR.