L’association abémaciclib et fulvestrant dans le cadre du cancer du sein avancé


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les derniers résultats de l’essai MONARCH 2 suggèrent que l’association abémaciclib et fulvestrant entraîne une amélioration statistiquement significative de la survie, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein avancé (CSA) à récepteurs hormonaux (Hormone Receptor, HR) positifs et au gène ERBB2 (anciennement Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif, qui a progressé après l’administration préalable d’un traitement endocrinien (TE). L’effet a été observé indépendamment du statut ménopausique.

L’essai de phase III international, randomisé, contrôlé par placebo et en double aveugle comparant l’association abémaciclib et fulvestrant à l’association placebo et fulvestrant a recruté 669 femmes entre le 7 août 2014 et le 29 décembre 2015. Les analyses de ce dernier rapport ont été effectuées au moment du verrouillage de la base de données, le 20 juin 2019.

Au moment prédéfini de l’analyse intermédiaire, 338 décès (77 % des 441 patientes prévues pour l’analyse finale) ont été observés dans la population en intention de traiter, avec une survie globale (SG) médiane de 46,7 mois pour l’association abémaciclib et fulvestrant, contre 37,3 mois pour l’association placebo et fulvestrant (rapport de risque [RR] : 0,757 ; IC à 95 % : 0,606–0,945 ; P = 0,01).

Des effets plus prononcés ont été observés chez les patientes atteintes d’une maladie viscérale (RR : 0,675 ; IC à 95 % : 0,511–0,891) et ayant présenté une résistance primaire au TE antérieur (RR : 0,686 ; IC à 95 % : 0,451–1,043). Le délai avant une seconde progression de la maladie (23,1 mois, contre 20,6 mois), le délai avant la chimiothérapie (50,2 mois, contre 22,1 mois) et la survie sans chimiothérapie (25,5 mois, contre 18,2 mois) ont également été significativement améliorés dans le bras de l’abémaciclib, par rapport au bras du placebo.

Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été observé pour l’abémaciclib.