L’aspirine et les inhibiteurs de la COX-2 réduisent le risque de cancer du sein

  • Kehm RD & al.
  • Breast Cancer Res
  • 18 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prise régulière d’aspirine et d’inhibiteurs de la COX-2 était associée à une réduction significative du risque de cancer du sein chez les femmes présentant un risque familial ou génétique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les associations n’étaient pas affectées par le risque familial ou génétique, ce qui suggère que la prise régulière d’aspirine et d’inhibiteurs de la COX-2 pourrait présenter un bénéfice encore plus important chez les personnes présentant un risque plus élevé.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de 5 606 femmes sans antécédents de cancer du sein, et une cohorte rétrospective et prospective combinée de 8 233 femmes avec et sans antécédents de cancer du sein ont été analysées.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; autres.

Principaux résultats

  • La prise régulière d’aspirine était associée à une réduction du risque de cancer du sein dans la cohorte combinée (RR : 0,63 ; IC à 95 % : 0,57–0,71), mais sans significativité statistique dans la cohorte prospective (RR : 0,61 ; IC à 95 % : 0,33–1,14).
  • La prise régulière d’inhibiteurs de la COX-2 était associée à une réduction significative du risque de cancer du sein à la fois dans la cohorte prospective (RR : 0,39 ; IC à 95 % : 0,15–0,97) et dans la cohorte combinée (RR : 0,29 ; IC à 95 % : 0,23–0,38).
  • Ces associations demeuraient comparables après une stratification selon le fait que les femmes n’étaient pas identifiées comme porteuses de mutations ou qu’elles étaient porteuses de mutations de BRCA1 et BRCA2, ainsi que selon le statut du récepteur des œstrogènes et l’âge atteint.
  • Aucune association n’a été identifiée avec la prise d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou de paracétamol.

Limites

  • Aucune donnée concernant la posologie ; données limitées concernant la durée d’administration.