L’ASCO soutient les recommandations du CAP concernant le dépistage du HPV dans le cadre du CTC

  • Fakhry C & al.
  • J Clin Oncol
  • 6 sept. 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) soutient les recommandations du Collège des pathologistes américains (College of American Pathologists, CAP) basées sur les données probantes, en ce qui concerne le dépistage du HPV et les analyses des marqueurs de substitution chez les patients atteints d’un cancer de la tête et du cou, avec quelques précisions mineures.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un panel d’experts de l’ASCO a déterminé que les recommandations du CAP sont claires, exhaustives et qu’elles reposent sur les données probantes scientifiques les plus pertinentes.

Précisions essentielles apportées par l’ASCO aux recommandations du CAP

  • Les recommandations du CAP préconisent un dépistage du HPV à haut risque (HR). L’ASCO appuie l’importance du dépistage des tumeurs à HPV, mais tient à préciser que le terme « HPV-HR » ne peut en aucun cas être utilisé de manière interchangeable avec l’expression de p16.
  • Le panel de validation de l’ASCO insiste sur le besoin de déterminer le statut HPV des tumeurs dans le cadre des carcinomes épidermoïdes oropharyngés nouvellement diagnostiqués.
  • Une petite proportion de tumeurs oropharyngées n’est pas associée de manière étiologique au HPV, bien qu’elles présentent une surexpression de p16. Les pathologistes doivent avoir l’expérience nécessaire pour réaliser un dépistage de confirmation du HPV, et celui-ci doit être disponible si besoin.
  • L’ASCO recommande un dépistage des tumeurs à HPV en cas de tumeurs primitives inconnues dans le cadre du cancer épidermoïde de la tête et du cou, et ce, indépendamment du statut kératinisant.
  • Des précisions supplémentaires ont été apportées aux recommandations concernant les échantillons et les tissus recueillis par cytoponction.

Protocole de l’étude

  • Un panel d’experts de l’ASCO a examiné les recommandations formulées par le CAP, y compris en termes de contenu et de méthodologie.
  • Financement : ASCO.