L’ASCO met à jour ses recommandations relatives à la réduction du risque de cancer du sein

  • J Clin Oncol
  • 5 sept. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) met à jour ses recommandations relatives à l’endocrinothérapie pour la réduction du risque de cancer du sein moins d’une semaine après une mise à jour similaire par le Groupe de travail des services préventifs des États-Unis (US Preventive Services Task Force, USPSTF).
  • L’ASCO ajoute l’anastrozole (1 mg/jour) à la liste des médicaments disponibles pour les femmes ménopausées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les dernières recommandations de l’ASCO datent de 2013. Ils avaient alors été les premiers à ajouter l’inhibiteur de l’aromatase (IA) exémestane ; l’USPSTF n’avait ajouté aucun IA avant 2019.
  • L’ASCO comme l’USPSTF recommande les IA, le raloxifène ou le tamoxifène, expressément chez les femmes ménopausées ; le tamoxifène constitue la seule option chez les femmes non ménopausées.
  • Les recommandations de l’ASCO offrent plus de détails concernant les effets indésirables des IA sur la santé osseuse.

Points clés

  • Avant de prescrire des IA, l’ASCO recommande que les cliniciens évaluent le risque de fracture des patientes et mesurent la densité minérale osseuse (DMO).
  • Les cliniciens doivent être prudents concernant la prescription d’anastrozole chez les femmes ménopausées présentant une perte modérée de DMO.
  • Si les cliniciens choisissent de prescrire de l’anastrozole à ce sous-ensemble de femmes, ils doivent envisager de prescrire un traitement concomitant par agents de protection osseuse, tels que des bisphosphonates et des inhibiteurs du ligand du récepteur activateur du facteur nucléaire kappa B (Receptor Activator of Nuclear Factor κ-B Ligand, RANKL).
  • L’anastrozole ne doit pas être utilisé chez les femmes ayant des antécédents d’ostéoporose et/ou présentant une perte osseuse sévère.
  • Le tamoxifène et le raloxifène sont des médicaments alternatifs de réduction du risque de cancer du sein qui ne réduisent pas la DMO.