L’ASCO émet pour la première fois des recommandations relatives à la prise en charge du cancer du sein chez l’homme

  • Hassett MJ & al.
  • J Clin Oncol
  • 14 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) a publié pour la première fois des recommandations relatives au cancer du sein chez l’homme.
  • Les recommandations se concentrent sur les différences entre les hommes et les femmes, car la majorité des soins sont identiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Actuellement, aucune recommandation ne porte spécifiquement sur le cancer du sein chez l’homme, qui représente moins de 1 % de l’ensemble des cancers du sein.

Protocole de l’étude

  • 1 panel d’experts composé de 13 membres a mené 1 processus à 2 volets :
    • Une enquête a été menée auprès du Groupe consultatif sur le cancer du sein de l’ASCO, afin d’identifier les domaines de fort consensus entre les soins à destination des hommes et des femmes.
    • La méthode Delphi a été utilisée pour déterminer le consensus au sein du panel d’experts (concordance d’au moins 75 %) sur 26 études observationnelles portant sur 10 domaines de divergence entre les sexes.
  • Financement : non communiqué.

Recommandations principales

  • Les domaines non couverts par les recommandations, car les soins sont identiques pour les personnes des deux sexes, sont : l’évaluation du profil d’expression génique (par ex., Oncotype DX), la chirurgie primaire, la chimiothérapie adjuvante, la radiothérapie adjuvante et la chimiothérapie dans le cadre de la maladie avancée/métastatique.
  • La plupart des recommandations se concentrent sur les cancers à récepteurs des œstrogènes positifs, car 99 % des cancers du sein chez l’homme relèvent de ce sous-type.
  • Le tamoxifène doit être proposé dans le cadre d’un traitement d’une durée initiale de cinq ans. Les patients pour lesquels le tamoxifène est contre-indiqué doivent recevoir un agoniste/antagoniste de l’hormone de libération des gonadotrophines en association avec un inhibiteur de l’aromatase.
  • L’utilisation systématique de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) n’est pas recommandée.
  • Un dépistage des mutations germinales doit être proposé à tous les hommes atteints d’un cancer du sein.