L’ascendance ouest-africaine est associée à un risque plus faible d’événements de MCV

  • Rao S & al.
  • JAMA Cardiol
  • 13 nov. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ascendance ouest-africaine est associée à une réduction du risque d’événements cardiovasculaires.
  • Elle n’est pas liée à la réponse au contrôle de la pression artérielle (PA) ou à la réponse aux antihypertenseurs chez les personnes qui s’identifient comme étant d’origine ethnique noire.
  • Les résultats proviennent d’une analyse des données de l’essai SPRINT.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats mettent en évidence des facteurs non biologiques, notamment des disparités sociales en matière de santé, dans les associations établissant un lien entre l’ascendance apparente et les risques pour la santé.
  • Rédacteurs de la revue JAMA Cardiology : « L’origine ethnique autodéclarée ne doit pas servir de raccourci pour déduire des déterminants sociaux en matière de santé ou signifier une ascendance génétique. »
  • Un point de vue qui tranche : les facteurs sociaux et environnementaux sont probablement plus importants que l’ascendance ouest-africaine dans les disparités ethniques associées aux maladies cardiovasculaires.

Résultats

  • L’étude a inclus 2 466 adultes s’étant identifiés comme d’origine ethnique noire.
  • Proportion d’adultes d’ascendance ouest-africaine : 30–100 %.
  • Le risque corrigé de survenue d’événements de MCV composites était plus faible chez les adultes d’ascendance ouest-africaine : 0,92 (IC à 95 % : 0,85–0,99).
  • Avec l’accroissement de la proportion d’adultes d’ascendance ouest-africaine, les taux de cholestérol à lipoprotéines de haute densité à l’inclusion étaient plus élevés, les adultes n’ayant jamais fumé étaient plus fréquents et les scores de risque de Framingham étaient plus faibles.
  • Pendant le suivi, l’analyse corrigée n’a montré aucune association concernant les trajectoires de la PA, de la fonction rénale ou de la masse du ventricule gauche qui ont été constatées avec l’ascendance ouest-africaine.
  • Sur le plan social, les taux d’adultes ayant fait des études universitaires, le statut socio-économique et le statut d’assuré étaient tous plus faibles en cas d’accroissement de la proportion d’adultes ayant une ascendance ouest-africaine.

Méthodologie

  • Une analyse post-hoc a été réalisée à partir des données de l’essai SPRINT.
  • L’ascendance ouest-africaine a été évaluée en fonction de 106 marqueurs génétiques.
  • Financement : non renseigné.

Limites

  • Un ensemble limité de facteurs sociaux a été pris en considération.
  • L’ensemble de biomarqueurs relatifs à l’ascendance était relativement restreint.
  • Les lieux de naissance des participants n’étaient pas connus.