L’apatinib démontre un bénéfice dans le cadre du cancer bronchique à petites cellules lourdement prétraité

  • Xu Y & al.
  • Br J Cancer
  • 16 sept. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’apatinib s’est montré sûr et efficace en traitement de troisième intention ou ultérieur du cancer bronchique à petites cellules de stade étendu (CBPC-SE).

Pourquoi est-ce important ?

  • Presque tous les patients atteints d’un CBPC-SE présentent une progression après les traitements de première et de deuxième intention, et les options pour le traitement de troisième intention ou ultérieur sont limitées.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase II multicentrique, prospectif et mené en ouvert.
  • 40 patients atteints d’un CBPC-SE préalablement traité ont reçu de l’apatinib à raison d’une dose quotidienne initiale de 500 mg par voie orale.
  • Financement : L’apatinib était fourni par Jiangsu Hengrui Pharmaceuticals Company.

Principaux résultats

  • L’apatinib était le traitement de troisième intention pour 77,5 % des patients et de quatrième intention chez 22,5 %.
  • 37,5 % des patients ont nécessité une réduction posologique.
  • Le taux de contrôle de la maladie était de 42,5 % à 3 mois et de 7,5 % à 6 mois.
  • Le taux de mortalité à la date limite de recueil des données était de 62,5 %.
  • La SSP médiane était de 3,0 mois (IC à 95 % : 2,2–3,7) et la SG médiane était de 5,8 mois (IC à 95 % : 3,7–7,9).
  • La SG médiane à 6 mois était de 48,7 % (IC à 95 % : 32,6–64,8 %).
  • Les événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3 comprenaient les suivants : hypertension (25 %), syndrome main-pied (10 %), augmentation du taux de L-gamma-glutamyltransférase (10 %), augmentation du taux d’aspartate transaminase (7,5 %) et thrombocytopénie (7,5 %).
  • Un cas de neutropénie de grade 4 est survenu, mais aucun EI de grade 5 n’a été rapporté.
  • Les métastases hépatiques étaient le seul facteur de risque indépendant de moins bonne SSP.

Limites

  • Étude à groupe unique avec un échantillon de petite taille.