L’anosmie, un handicap négligé

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le 3e congrès Olfaction&Perspectives de l'Isipca (Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire), qui s'est tenu à Paris le 15 mars, a été l'occasion de revenir sur un handicap largement négligé, l'anosmie, autrement dit la perte complète d'odorat.

Fondateur de l'association AFAA SOS-Anosmie, Bernard Perroud est revenu sur son propre cas. Devenu anosmique à l'âge de 45 ans, après un traumatisme crânien, il vit sans ce sens depuis 10 ans. Une vie qu'il décrit sans sel ni saveur. Pour commencer, en perdant l'odorat, on perd aussi le goût, une expérience que tout un chacun a pu expérimenter un jour à cause d'un rhume. « Aujourd'hui, je considère que manger, c'est un soin et, une fois que c'est passé, je me dis, c'est fini, c'est bien », explique le quinquagénaire. Mais, p...