L’anosmie soudaine sans rhinite suggère un symptôme précoce du COVID-19

  • Haehner A, & et al
  • medRxiv
  • 4 mai 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’anosmie aiguë semble être un symptôme précoce de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et survient fréquemment et indépendamment de la présence d’une rhinite, selon les résultats d’une étude de cohorte allemande n’ayant pas encore été soumise à une revue par les pairs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Envisager un dépistage du coronavirus chez les patients présentant une perte de la sensibilité olfactive et gustative soudaine et inhabituelle sans obstruction nasale sévère, en particulier chez les patients âgés de moins de 40 ans. 

Principaux résultats

  • 500 patients ; âge moyen : 41,3 ans (intervalle : 18–86).
  • 466 patients ont obtenu un résultat négatif au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) au test de la réaction en chaîne par polymérase après transcription inverse (Reverse Transcription-Polymerase Chain Reaction, RT-PCR) ; 34 ont obtenu un résultat positif.
  • 64,7 % (22/34) des patients testés positifs se sont plaints d’un trouble olfactif soudain.
  • Moment de survenue de la perte olfactive, par rapport aux autres symptômes :
    • 1–2 jours avant les autres symptômes : n = 1.
    • Simultanément : n = 4. 
    • 1–7 jours après : n = 14 ; 
    • Incertain : n = 3.
  • Les patients atteints d’une anosmie étaient plus jeunes (P = 0,04) que les patients sans anosmie.
  • Échelle visuelle analogique de l’odorat : -6,8 ± 2,3 (médiane ± écart-type) ; respiration nasale : -1,1 ± 1,6.
  • 45,5 %, contre 80,9 % des patients (positifs au SARS-CoV-2, par rapport à négatifs au SARS-CoV-2) se sont plaints d’une rhinorrhée.
  • Les changements du débit d’air nasal étaient plus prononcés chez les patients s’étant plaints d’une perte de l’odorat testés négatifs que chez ceux ayant été testés positifs (P 
  • Les changements de la fonction olfactive étaient plus sévères chez les patients testés positifs au SARS-CoV-2 (P = 0,023).
  • Perte de l’odorat en tant qu’unique symptôme : sensibilité de 65 %, spécificité de 90 %, valeur prédictive positive de 32 % et valeur prédictive négative de 97 %.

Protocole de l’étude

  • Une analyse de cohorte contrôlée transversale a été réalisée sur la fréquence de la perte olfactive et la valeur diagnostique du symptôme, parmi des patients ambulatoires en Allemagne se présentant pour un test de dépistage du coronavirus sur une période de deux semaines.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Prépublication.
  • Biais d’autodéclaration/de rappel.
  • Relation temporelle non clairement établie.