L’AMM publie un communiqué sur la classification des athlètes de sexe féminin


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Association médicale mondiale (AMM) a appelé les médecins du monde entier à « ne pas prendre part » à la mise en œuvre des réglementations sur l’éligibilité pour la classification des athlètes de sexe féminin qui ont été développées par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (International Association of Athletics Federations, IAAF). 

Les réglementations exigent que les athlètes de sexe féminin ayant des différences spécifiques au niveau du développement sexuel réduisent médicalement leur taux de testostérone sanguine naturelle, si elles souhaitent continuer à participer à des courses en tant que femmes lors de certains événements sportifs bien précis. Les réglementations ont été contestées par la coureuse sud-africaine Caster Semenya, qui avait dû faire l’objet d’un test de vérification du genre sexuel pour confirmer son éligibilité à concourir dans la catégorie des femmes. Une décision sur cette contestation est attendue cette semaine de la part du Tribunal arbitral du sport. 

Lors de la réunion de son Conseil, qui s’est tenue la semaine dernière à Santiago au Chili, l’AMM a demandé le retrait immédiat des réglementations, déclarant qu’elles « constituent une discrimination flagrante basée sur la variation génétique des athlètes de sexe féminin et qu’elles sont contraires à l’éthique médicale internationale et aux normes en matière de droits de l’homme ».

Le président de l’AMM, le Dr Leonid Eidelman, a déclaré : « Nous avons de sérieuses réserves sur la validité éthique de ces réglementations. Elles sont également contraires à un certain nombre de discours et déclarations clés en matière d’éthique de l’AMM, et, à ce titre, nous appelons à leur retrait immédiat. »