L’AMM demande au président du Honduras à entamer des pourparlers avec les médecins


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Association médicale mondiale (AMM) a exhorté le président du Honduras à ouvrir un dialogue avec les manifestants ayant protesté pour marquer leur opposition aux propositions de réformes de la santé et de l’éducation. 

Les manifestations, menées en grande partie par des médecins et des enseignants contre la privatisation de l’éducation et des services de santé publique, ont entraîné des affrontements violents entre la police et les opposants. Même si les autorités ont annoncé la suspension de la ratification des réformes ces dernières semaines, les manifestations se sont poursuivies. 

Dans une lettre adressée au président du Honduras, M. Juan Orlando Hernandez, le président de l’AMM, le Dr Leonid Eidelman, s’est dit très préoccupé de constater ce qui est décrit comme une « répression extrême » de ces manifestations par la police, notamment par l’utilisation de gaz lacrymogènes. Il a exhorté le président à mettre fin immédiatement aux violences à l’encontre des manifestants et à mener une enquête indépendante et impartiale sur l’usage de la violence.  

« Nous avons également été informés que des dirigeants et des membres du conseil d’administration de la faculté de médecine du Honduras ont vu leur sécurité physique et leur vie menacées », a déclaré le Dr Eidelman. « Nous déplorons que des médecins de premier plan soient exposés à des menaces de mort. »

Le Dr Eidelman a exhorté le président à s’entretenir avec les manifestants pour trouver une issue rapide aux inquiétudes.