L’allergie à la viande rouge, pathologie émergente

  • Wong XL & al.
  • Int J Dermatol
  • 1 déc. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’allergie à la viande rouge est une pathologie émergente qui a été décrite pour la première fois il y a une dizaine d’années. La spécificité de cette anaphylaxie est de ne pas se manifester immédiatement mais après une durée variable de plusieurs heures, délai nécessaire au passage dans le sang de l’allergène responsable : le galactose-alpha-1,3 galactose (appelé alpha-gal), un oligosaccharide exprimé par les cellules de la plupart des mammifères. Le lien entre cette allergie et la piqûre de tiques a été démontré dans des régions d’habitat des tiques, où la fréquence des IgE anti alpha-gal apparaît élevée dans la population générale. La prise en charge doit reposer sur la prescription d’un stylo d’adrénaline auto-injecteur et d’une prise en charge rapide et appropriée de l’anaphylaxie.

Une histoire d’anticorps thérapeutiques, de viande et de tiques

  • Les réactions anaphylactiques liées aux anticorps IgE anti-alpha-gal ont suscité des investigations dès 2005, à l’occasion du développement du cétuximab. En effet, dans certains États américains, les patients ayant participé aux essais cliniques ont présenté une fréquence élevée des réactions d’hypersensibilité de grade 3 ou 4 par rapport au reste de la cohorte. Ces patients présentaient une augmentation des Ac IgE anti-cetuximab, des anticorps qui étaient également présents parmi des personnes contrôles issues des même régions. Les investigations ont ensuite permis d’identifier la cible de ces anticorps, l’alpha-gal, qui constitue une extrémité du fragment Fab de la chaîne lourde du cétuximab.

  • L’antigène alpha-gal a parallèlement été identifié comme la cible d’Ac anti-IgE chez des sujets présentant des réactions anaphylactiques après consommation de viande rouge. Cette allergie, développée chez les adultes et les enfants, semble généralement apparaître après une réaction inflammatoire provoquée par une piqûre de tique, dont la salive contient l’oligosaccharide. Le délai de la réaction allergique (3-6 heures) dépend de celui nécessaire à libérer l’alpha-gal au cours du processus de digestion, délai lui permettant de se retrouver à la surface des VLDL et des LDL dans le sang.

Quelle prise en charge ?

  • L’allergie à la viande rouge doit être envisagée comme un diagnostic différentiel chez l’adulte ou l’enfant qui rencontre des épisodes récurrents d’urticaire généralisé, d’angioedème ou de gastroentérite ou en cas de réaction anaphylactique sans cause immédiate, notamment dans les régions d’endémie des tiques ou chez les personnes pratiquant une importante activité professionnelle ou de loisir à l’extérieur. Le patient continue à être tolérant à la volaille et au poisson.

  • Le diagnostic peut être posé en utilisant des prick tests avec des extraits de viande, ceux préparés à l’aide de viande fraîche offrant une plus grande sensibilité que les extraits aujourd’hui commercialisés. Un dosage des anticorps IgE anti-alpha-gal peut aussi être spécifiquement envisagé.

  • La sévérité et le délai d’apparition des symptômes sont variables d’un patient à l’autre. Les sujets diagnostiqués doivent disposer d’un stylo auto-injecteur d’adrénaline ainsi que d'un traitement rapide par antihistaminiques, adrénaline, corticoïdes et réanimation volémique le cas échéant.

  • Ces patients ne doivent pas être traités par cétuximab.