L’alimentation par préparations pour nourrisson à base de soja est associée à des douleurs menstruelles sévères à l’âge adulte


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que les bébés de sexe féminin ayant été nourris par des préparations à base de soja sont plus susceptibles de développer des douleurs menstruelles sévères au début de l’âge adulte. Les résultats viennent s’ajoutent à la documentation croissante qui suggère que l’exposition à des préparations à base de soja en début de vie pourrait avoir des effets néfastes sur le système reproducteur.

Les chercheurs ont examiné des données issues de 1 553 femmes d’origine afro-américaine âgées de 23–35 ans participant à l’étude de l’environnement, du mode de vie et des fibromes (SELF) aux États-Unis. Les données sur l’alimentation par préparations pour nourrissons à base de soja ont été déterminées par questionnaire auto-administré, 89 % des participantes s’étant fait aider par leur mère. Les informations sur les indicateurs de douleurs menstruelles ont été recueillies par entretien en ligne et par téléphone.

Les chercheurs ont découvert que les femmes ayant reçu des formulations à base de soja lorsqu’elles étaient bébés étaient 50 % plus susceptibles d’avoir présenté une gêne menstruelle modérée ou sévère entre 18 et 22 ans (risque relatif [RR] : 1,5 ; IC à 95 % : 1,1–2,0) que les femmes non exposées et qu’elles étaient 40 % plus susceptibles d’avoir eu recours à la contraception hormonale pour aider à atténuer les douleurs menstruelles (RR : 1,4 ; IC à 95 % : 1,1–1,9).

Les résultats sont cohérents avec l’association observée dans une précédente étude menée auprès de jeunes adultes de 20–34 ans qui avaient participé à des études sur l’alimentation par préparations lorsqu’elles étaient des nourrissons.

L’étude est disponible en ligne dans la revue Human Reproduction.