L’ajout de palbociclib au létrozole ralentit le développement du CSp dans le cadre de l’essai PALLET

  • J Clin Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement néoadjuvant combiné par palbociclib, un inhibiteur de CDK4/6, et létrozole (comparativement au létrozole seul) permet de réduire le marqueur de prolifération Ki-67, mais n’induit pas de réponse clinique à 14 semaines, chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce à récepteurs des œstrogènes positifs, dans le cadre de l’essai de phase II PALLET.
  • Une réduction plus importante, plutôt qu’un renforcement de l’apoptose, a été identifiée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le manque de réponse clinique dans l’essai le plus important mené dans un cadre néoadjuvant pourrait être lié à la réduction de l’apoptose.
  • Les sous-groupes ayant présenté une forte réponse antiproliférative pourraient retirer un bénéfice de ce traitement dans le cadre de futurs essais cliniques.

Protocole de l’étude

  • L’essai contrôlé randomisé (ECR) de phase II PALLET (n = 307) a été mené au sein de 38 centres au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni.
  • Les patientes ont été affectées de manière aléatoire dans 4 groupes : létrozole seul (2,5 mg/jour) ou 3 traitements combinés différents à base de létrozole et de palbociclib (125 mg/jour) pendant 14 semaines.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient l’évolution du Ki-67 et la réponse clinique déterminée par échographie.
  • L’apoptose a été mesurée par le clivage de la poly(ADP-ribose) polymérase (cPARP).
  • Financement : Pfizer ; Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; autres.

Principaux résultats

  • À 14 semaines, les 3 groupes recevant du palbociclib et du létrozole (comparativement au létrozole seul) ont obtenu :
    • un taux non supérieur de réponse clinique complète ou partielle (54,4 % contre 49,5 % ; P = 0,20) ;
    • une réduction médiane plus importante du Ki-67 sur une échelle logarithmique (-4,1 contre -2,2 ; P 
    • une variation médiane (suppression) plus importante de cPARP sur une échelle logarithmique (-0,80 contre -0,42 ; P 
    • un taux plus important de neutropénie asymptomatique de grade supérieur ou égal à 3.

Limites

  • Durée de suivi courte.