L’ajout de la radiothérapie améliore la SG dans le cadre du mésothéliome pleural malin localisé

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un mésothéliome pleural malin (MPM) localisé, l’ajout d’une radiothérapie à l’association chirurgie et chimiothérapie est associé à une amélioration significative de la survie globale (SG), comparativement à l’association chirurgie et chimiothérapie seule.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le MPM est un cancer très agressif, et les recherches visant à identifier l’option thérapeutique la plus efficace ont donné des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • 1 015 patients ayant reçu un diagnostic de MPM entre 1976 et 2016, issus de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results), ont été analysés.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 66,8 % ont fait l’objet d’une chirurgie et d’une chimiothérapie, et 33,2 % ont fait l’objet d’une chirurgie, d’une chimiothérapie et d’une radiothérapie.
  • Le traitement trimodal était associé à une amélioration de la SG (rapport de risque [RR] : 0,83 ; P = 0,008) lors de l’analyse univariée, mais, après une correction, la différence n’était plus significative (RR : 0,91 ; P = 0,167).
  • Parmi les patients atteints d’une maladie localisée, ceux qui recevaient un traitement trimodal ont obtenu une SG médiane plus longue que ceux ayant fait l’objet d’une chirurgie et d’une chimiothérapie (24 mois, contre 15 mois).
  • L’analyse multivariée a révélé que le traitement trimodal était associé à une amélioration significative de la SG, mais uniquement dans le cadre de la maladie localisée (RR corrigé : 0,68 ; P = 0,025).
  • Les facteurs de risque indépendants de SG défavorable comprenaient un âge de 70 ans ou plus, le fait d’être de sexe masculin et une histologie non épithélioïde.
  • Le fait d’être de sexe féminin, un diagnostic posé après 2005 et une maladie située du côté gauche étaient associés de manière indépendante à une amélioration de la SG.

Limites

  • Aucune donnée concernant le type de chimiothérapie ou la dose de radiothérapie.