L’ajout de bévacizumab permet de retarder la progression du cancer du sein HR+ métastatique

  • Martín M & al.
  • Eur J Cancer
  • 2 juil. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse combinée des essais LEA et CALGB 40503 révèle que l’ajout de bévacizumab à une endocrinothérapie (ET) prolonge la SSP, malgré une plus grande toxicité, dans le cadre du cancer du sein à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs métastatique.
  • Le bénéfice observé au niveau de la SSP ne s’est pas traduit par un avantage en termes de SG.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais LEA et CALGB 40503, lorsqu’ils ont été analysés individuellement, ont donné des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • Une analyse combinée a été réalisée à partir de 2 essais de phase III portant sur une ET avec ou sans bévacizumab (15 mg/kg de poids corporel toutes les 3 semaines).
  • Financement : Genentech ; Roche ; Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; autres.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 34 mois.
  • L’association bévacizumab et ET (comparativement à une ET seule) a entraîné une SSP plus longue (19 mois contre 14,3 mois ; rapport de risque [RR] non corrigé : 0,77 ; P = 0,0016).
    • L’analyse des sous-groupes a révélé un effet plus important chez les patientes sensibles à l’endocrinothérapie (RR : 0,68 ; P = 0,0042).
  • L’association bévacizumab et ET (comparativement à l’ET seule) a obtenu de meilleurs résultats dans le cadre du :
    • taux de réponse objective : 61 % contre 40 % (P 
    • taux de bénéfice clinique : 77 % contre 64 % (P = 0,01).
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes en termes de SG.
  • L’association bévacizumab et ET a entraîné une toxicité plus élevée (P 
  • hypertension de grades III–IV : 20,1 % contre 2,2 % ;
  • protéinurie : 9,3 % contre 0 % ;
  • cardiovasculaire : 4,2 % contre 0,5 % ;
  • événements hépatiques : 2,9 % contre 0 %.

Limites

  • Aucun inhibiteur de CDK 4/6 n’était disponible au moment où ces études ont été menées.