L’ajout d’une chimiothérapie au géfitinib améliore la survie dans le CBNPC EGFR+

  • Noronha V & al.
  • J Clin Oncol
  • 14 août 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’une chimiothérapie à base de pémétrexed et de carboplatine à un traitement de première intention par géfitinib a permis d’obtenir une amélioration de la survie, mais avec une toxicité plus élevée, chez les patients atteints d’un CBNPC avec mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (epidermal growth factor receptor, EGFR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats confirment ceux de deux essais de phase II antérieurs.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase III, randomisé et mené en ouvert.
  • 350 patients atteints d’un CBNPC EGFR+ avancé, ayant un indice de performance de 0–2, ont reçu une chimiothérapie à base de pémétrexed et de carboplatine avec du géfitinib (n = 174) ou bien du géfitinib seul (n = 176).
  • Financement : Conseil administratif de recherche du Centre Tata Memorial (Tata Memorial Center Research Administration Council) et autres.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse objective était plus élevé avec le traitement d’association qu’avec le géfitinib seul (75,3 % contre 62,5 % ; P = 0,01).
  • L’ajout d’une chimiothérapie au géfitinib a permis d’obtenir une prolongation significative dans les domaines suivants :
    • SSP médiane (16 mois contre 8 ; RRprogression ou décès = 0,51 ; P 
    • SG médiane (SG à 18 mois : 74,3 % contre 48,7 % ; RR = 0,45 ; P 
  • Le traitement d’association a entraîné un taux plus élevé de toxicités globales de grade supérieur ou égal à 3 (75 % contre 49,4 % ; P 

Limites

  • Étude monocentrique.