L’ajout d’atézolizumab améliore la SSP dans le cadre du CBNPC épidermoïde de stade IV

  • J Thorac Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’atézolizumab à une chimiothérapie à base de platine dans le cadre du traitement de première intention du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) épidermoïde de stade IV a permis d’obtenir une amélioration significative de la survie sans progression (SSP), comparativement à la chimiothérapie seule, dans le cadre de cet essai de phase III.
  • L’association atézolizumab, carboplatine et nab-paclitaxel a permis d’obtenir une amélioration de la survie globale (SG) chez les patients présentant une forte expression du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death-Ligand 1, PD-L1).

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études ont démontré que l’atézolizumab était associé à une amélioration de la SG, comparativement à une chimiothérapie à base de platine, chez les patients présentant une forte expression de PD-L1.

Protocole de l’étude

  • L’essai clinique international de phase III IMpower131 a été mené en ouvert.
  • 1 021 patients atteints d’un CBNPC épidermoïde de stade IV ont reçu l’association atézolizumab, carboplatine et paclitaxel (A + CP ; n = 338), l’association atézolizumab, carboplatine et nab-paclitaxel (A + CnP ; n = 343), ou l’association carboplatine et nab-paclitaxel (CnP ; n = 340).
  • Une analyse de survie comparant A + CP et CnP ne devait être réalisée que si A + CnP était associée à une meilleure SG dans l’ensemble.
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche/Genentech.

Principaux résultats

  • A + CnP était associée à une amélioration de la SSP, comparativement à CnP :
    • 6,3 mois, contre 5,6 mois (rapport de risque [RR] : 0,71 ; P = 0,0001).
  • Taux de SSP à 12 mois :
    • 24,7 % avec A + CnP, contre 12,0 % avec CnP.
  • Les patients présentant une forte expression de PD-L1 ont obtenu le bénéfice de SSP le plus important avec A + CnP, comparativement à CnP :
    • 10,1 mois, contre 5,5 mois (RR : 0,44 ; IC à 95 % : 0,27–0,71).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG entre les groupes A + CnP et CnP, sauf dans le sous-groupe présentant une forte expression de PD-L1 :
    • 23,4 mois, contre 10,2 mois (RR : 0,48 ; IC à 95 % : 0,29–0,81).
  • Aucune nouvelle alerte de sécurité d’emploi n’a été signalée.

Limites

  • Aucune donnée concernant la SSP et la SG pour la comparaison entre A + CP et CnP.