L’ajout d’acide zolédronique est bénéfique dans le cadre du traitement néoadjuvant du cancer du sein

  • Crocamo S & al.
  • Ther Adv Med Oncol
  • 1 janv. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’acide zolédronique à la chimiothérapie néoadjuvante et au trastuzumab a permis d’obtenir un taux de réponse complète pathologique (RCp) de 42 % dans un essai de phase II sur le cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans les études précliniques, l’acide zolédronique a démontré un effet synergique avec la chimiothérapie, en partie en interagissant avec la voie HER2.
  • L’acide zolédronique est une option thérapeutique pouvant être mise en œuvre, efficace, abordable et bien tolérée, qui justifie un essai contrôlé randomisé à plus grande échelle.

Protocole de l’étude

  • L’essai Zo-NAnTax a été mené auprès de 71 patientes atteints d’un cancer du sein de stade IIa-IIIb dans un seul centre au Brésil.
  • Les patientes ont reçu 8 cycles d’acide zolédronique (4 mg/dose) accompagnant 4 cycles de doxorubicine/cyclophosphamide, suivis de 4 cycles à base de docétaxel et de trastuzumab avant la chirurgie.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Le taux global de RCp était de 42 % (réponse partielle : 58 %).
  • Le taux de RCp était plus élevé chez les patientes exprimant la β-caténine dans le noyau/cytoplasme (P = 0,030).
  • Le taux de RCp n’était pas significativement plus élevé chez les patientes atteintes d’un cancer à récepteurs hormonaux (Hormonal Receptors, HR) négatifs (44 % ; IC à 95 % : ; 31–56 %) que chez celles atteintes d’un cancer à HR positifs (40 % ; IC à 95 % : 27–52 %).
  • Les événements indésirables de grades 3 et 4 les plus fréquents avec l’ensemble du schéma de traitement étaient la neutropénie fébrile (20 % et 3 %, respectivement) et la diarrhée (12 % et 0 %, respectivement).
  • Aucun cas de toxicité cardiaque ou d’ostéonécrose de la mâchoire n’a été observé.

Limites

  • Protocole de l’étude sans randomisation.
  • Pas de groupe témoin.
  • Étude monocentrique.