L’Agence européenne des médicaments s’adresse aux MG


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) a annoncé un nouveau partenariat visant à renforcer ses interactions avec les médecins généralistes (MG).

Dans un communiqué, l’EMA a annoncé qu’elle travaillera avec l’Union européenne des médecins généralistes (European Union of General Practitioners, UEMO), la section européenne de l’Organisation mondiale des médecins de famille (World Organization of Family Doctors, WONCA) et le Forum européen des soins en médecine générale (European Forum for Primary Care, EFPC).

Même si l’EMA dispose déjà d’un cadre d’interaction avec les professionnels de santé, notamment les médecins, les pharmaciens et les personnels infirmiers, les interactions avec les MG et les retours d’information en provenance des soins en médecine générale sont actuellement limités.

Il est espéré que cette nouvelle relation de travail donnera à l’EMA une meilleure compréhension de la façon dont les médicaments sont utilisés dans la pratique courante et de l’impact potentiel de mesures de réglementation spécifiques sur les soins aux patients.

La déclaration établit un plan d’action visant à guider l’EMA, l’UEMO, l’EFPC et la WONCA dans leur travail conjoint. Parmi les domaines spécifiques de collaboration figurent notamment l’implication des MG et des médecins de famille dans les activités d’évaluation de l’EMA, le développement d’activités de communication pertinentes pour les MG et les médecins de famille, ainsi que l’examen d’options visant à établir une collaboration plus étroite avec les réseaux de recherche existants dans le cadre des soins en médecine générale, en mettant l’accent sur la production de données probantes provenant de la pratique courante. Le plan d’action identifie également les opportunités de coopération concernant la formation réglementaire dans le domaine des sciences.