L’âge auquel commencer le dépistage du cancer du sein doit dépendre des antécédents familiaux

  • JAMA Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des chercheurs suédois ont développé, à partir d’un ensemble de données national, des recommandations adaptées selon le risque, afin de déterminer l’âge auquel commencer le dépistage du cancer du sein chez les femmes ayant des antécédents familiaux positifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une analyse personnalisée peut être utilisée pour compléter les recommandations de dépistage actuelles.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte nationale populationnelle a analysé les données issues de plusieurs ensembles de données suédois sur les cancers héréditaires.
  • L’analyse portait sur l’ensemble des femmes nées entre 1932 et 2015, qui avaient au moins 1 cas de cancer connu chez un parent au premier degré (PPD ; n = 5 099 172).
  • La population générale, utilisée pour déterminer le niveau de risque de référence, présentait un risque cumulé à 10 ans de 2,2 %.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 2,3 % des 5 099 172 femmes ont reçu un diagnostic de cancer du sein invasif primitif.
  • Les recommandations adaptées selon le risque étaient basées sur deux facteurs clés : le nombre de PPD et de parents au deuxième degré (PDD), et l’âge au moment du diagnostic des PPD.
  • Par exemple, une femme qui a plusieurs PPD touchés, dont le plus jeune a reçu le diagnostic à moins de 50 ans, devrait commencer le dépistage à 27 ans.
  • Si le plus jeune parent touché a reçu le diagnostic à plus de 50 ans, cette même femme devrait commencer le dépistage à l’âge de 36 ans.

Limites

  • L’étude part de l’hypothèse selon laquelle le profil de facteur de risque d’une femme ayant des antécédents familiaux positifs est similaire à celui d’une femme moyenne de la population générale.