L’Afrique pourrait être exempte du poliovirus sauvage d’ici l’année prochaine


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La région africaine entière pourrait bientôt être considérée comme exempte du poliovirus sauvage, le Nigeria ayant atteint ce mois-ci le seuil des trois années sans en recenser le moindre cas. 

Depuis la dernière flambée de poliomyélite sauvage en 2016 dans le nord-est du pays, le Nigeria a déployé des efforts considérables pour porter le compteur des cas de poliovirus sauvage à zéro. « Le Nigeria a renforcé ses activités d’immunisation supplémentaire et d’immunisation de routine, a mis en œuvre des stratégies innovantes pour vacciner les enfants difficiles à atteindre et a amélioré la surveillance de la paralysie flasque aiguë (PFA) et de l’environnement. Ces efforts sont tous éminemment louables », a déclaré le responsable de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour le Nigeria, le Dr Peter Clement. 

Les autorités ont cependant averti que cet accomplissement est « très fragile », précisant que la lutte visant à mettre un terme à toutes les formes de poliomyélite dans la région reste une « réussite inachevée », les faibles taux de vaccination posant un risque majeur vis-à-vis de flambées d’autres formes du poliovirus.

La Commission régionale de certification pour l’éradication de la poliomyélite en Afrique (Africa Regional Commission for Certification of Polio Eradication, ARCC) va à présent commencer une procédure rigoureuse pour confirmer si chaque pays dans la région est exempt de poliovirus sauvage et si la région serait en capacité de recevoir la certification d’exemption de la poliomyélite dès mi-2020, ce qui laisserait 1 seule région dans le monde sur 6 (celle de la Méditerranée orientale) où le poliovirus sauvage demeure.