L’administration de duloxétine pendant la grossesse est associée à une augmentation des risques pour la mère et le fœtus

  • Huybrechts KF & al.
  • BMJ
  • 19 févr. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’utilisation par la mère de duloxétine, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, pendant la grossesse est associée à une augmentation du risque d’hémorragie postpartum et de malformations cardiaques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs affirment que ces résultats « relativement peu fréquents » doivent être pris en considération, par rapport aux bénéfices apportés par le traitement de la dépression et d’autres symptômes ciblés durant la grossesse.

Principaux résultats

  • Les différentes sous-cohortes comprenaient de 1,3 à 4,1 millions de femmes.
  • Les expositions pendant la grossesse ont varié d’environ 2 500–3 000 cas pour les expositions en début de grossesse à 900–950 cas pour les expositions plus tard durant la grossesse.
  • Le risque de malformations cardiovasculaires à l’inclusion était de 13,7 pour 1 000 femmes non exposées (IC à 95 % : 13,5–13,9).
  • Le risque d’hémorragie postpartum à l’inclusion était de 23,3 pour 1 000 femmes non exposées (IC à 95 % : 23,1–23,4).
  • Le risque relatif corrigé de malformations cardiovasculaires dans le groupe exposé était de 1,29 (IC à 95 % : 0,99–1,68).
  • Ce risque n’était pas significativement différent de celui observé chez les femmes exposées à des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.
  • Le risque relatif corrigé d’hémorragie postpartum était de 1,53 (IC à 95 % : 1,08–2,18).
  • Les femmes exposées à la duloxétine avaient tendance à être plus âgées et d’origine ethnique blanche, à présenter davantage d’affections chroniques, à prendre d’autres médicaments plus fréquemment et à solliciter davantage des soins de santé.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte a inclus 8 410 882 femmes aux États-Unis, bénéficiant d’une assurance publique, et leurs nourrissons nés vivants.
  • Les tailles des sous-cohortes variaient selon le résultat cible.
  • Financement : Eli Lilly and Company.

Limites

  • Il est possible que des erreurs de classification aient été faites concernant les périodes d’exposition en cas de calcul incorrect de la date des dernières menstruations.