L’administration d’antibiotiques durant la petite enfance est associée à un risque légèrement accru de DT1

  • Wernroth ML & al.
  • Diabetes Care
  • 4 mars 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prescription d’antibiotiques au cours de la première année pour cause d’otite moyenne aiguë ou d’infections des voies aériennes supérieures est associée à un risque légèrement accru de diabète de type 1 (DT1).
  • Une exposition maternelle durant la grossesse est également associée à un risque légèrement accru.
  • Les risques n’étaient pas toujours significatifs dans les analyses contrôlées par la fratrie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Certaines études ont suggéré une association entre l’exposition aux antibiotiques et le risque de DT1.

Principaux résultats

  • 23,8 % des participants s’étaient fait prescrire des antibiotiques lorsqu’ils étaient des nourrissons.
  • Leur risque de DT1, par rapport à ceux ne s’étant pas fait prescrire d’antibiotiques, était le suivant : rapport de risque [RR] corrigé de 1,19 (IC à 95 % : 1,05–1,36).
    • L’accouchement par césarienne a intensifié cet effet.
  • L’analyse des fratries a conduit à des associations similaires, même si leur significativité a été réduite.
  • L’association était significative concernant les antibiotiques utilisés pour le traitement de l’otite moyenne aiguë et des infections des voies aériennes supérieures, dans le cadre de l’analyse totale et de celle des fratries.
    • De la pénicilline sensible aux lactamases a été prescrite à 72 % des participants et a montré une association avec le DT1 (RR corrigé : 1,23 ; IC à 95 % : 1,06–1,42).
  • Pour mettre ce résultat en perspective, 1 475 enfants devraient faire l’objet d’une exposition à des antibiotiques pour ajouter 1 cas de DT1 chez les enfants de moins de 9 ans.
  • Une exposition prénatale a également été associée à un risque accru de DT1 : RR corrigé de 1,15 (IC à 95 % : 1,00–1,32).

Protocole de l’étude

  • L’étude a inclus 797 318 enfants issus d’une naissance simple en Suède, entre le 1er juillet 2005 et le 30 septembre 2013.
  • Financement : Conseil suédois de la recherche ; autres.

Limites

  • Aucune information sur l’allaitement.
  • Les types d’infection ne sont pas connus de manière spécifique.