L’administration anténatale de vitamine D n’est pas associée à une réduction du risque d’asthme chez l’enfant

  • Litonjua AA & al.
  • N Engl J Med
  • 6 févr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La supplémentation prénatale en vitamine D (4 400 UI, contre 400 UI par jour) n’est pas associée à une réduction du risque d’asthme et de respiration sifflante récurrente chez les enfants à l’âge de 6 ans.
  • Cette constatation contraste avec des résultats ayant suggéré un bénéfice à l’âge de trois ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats suggèrent de ne pas recourir à la supplémentation en vitamine D pour la prévention de l’asthme infantile, durant la période prénatale.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’un essai contrôlé randomisé de 881 femmes incluses dans l’essai VDAART, qui ont reçu 4 400 UI par jour (le groupe de la vitamine D) ou 400 UI par jour (le groupe témoin).
  • Les critères d’évaluation principaux étaient l’asthme ou la respiration sifflante récurrente chez l’enfant.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes concernant le pourcentage d’enfants atteints d’un asthme ou présentant une respiration sifflante récurrente à l’âge de 6 ans (comparaison entre les données du groupe témoin censurées par intervalle et les données du groupe de la vitamine D : rapport de risque [RR] de 1,12 ; P = 0,25).
  • Aucune différence n’a non plus été constatée concernant les critères d’évaluation secondaires suivants :
    • l’asthme actif ;
    • la respiration sifflante récurrente sans diagnostic d’asthme ;
    • la respiration sifflante d’apparition tardive ;
    • l’eczéma avec une éruption cutanée typique ;
    • la rhinite allergique ;
    • l’infection des voies aériennes inférieures ;
    • le taux d’IgE totales exprimé sous forme de logarithme ;
    • toute sensibilisation allergique ;
    • le pourcentage de 13 tests d’IgE spécifiques ayant des résultats positifs.
  • La vitamine D a été associée à un bénéfice minime concernant la résistance des voies aériennes telle que mesurée par oscillométrie par impulsions, mais n’a été associée à aucun bénéfice concernant les valeurs de spirométrie.

Limites

  • Aucune supplémentation postnatale.