L’administration à des doses déterminées par la pharmacogénomique se montre prometteuse dans le cadre de l’adénocarcinome gastro-œsophagien

  • Catenacci DVT & al.
  • JAMA Netw Open
  • 5 févr. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’administration périopératoire du schéma FOLFIRINOX à des doses déterminées par la pharmacogénomique a permis une réévaluation à la baisse du stade dans 36 % des cas d’adénocarcinome gastro-œsophagien, dans le cadre de cet essai de phase II.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette stratégie d’administration pourrait être particulièrement adaptée aux patients présentant une neuropathie périphérique initiale ou un risque élevé de neuropathie périphérique.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase II à groupe unique (n = 36) a été mené.
  • Financement : diverses sources extérieures à l’industrie pharmaceutique.
  • Schéma : gFOLFIRINOX (fluorouracile, leucovorine, oxaliplatine et irinotécan selon le génotype de l’UGT1A1).
    • Les patients présentant le génotype 6/6 ont reçu 180 mg/m2 d’irinotécan.
    • Les patients présentant le génotype 6/7 ont reçu 135 mg/m2 d’irinotécan.
    • Les patients présentant le génotype 7/7 ont reçu 90 mg/m2 d’irinotécan.

Principaux résultats

  • 28 % des patients étaient atteints d’un cancer du corps gastrique ; 67 % présentaient des tumeurs intestinales.
  • 17 % présentaient un statut ERBB2 positif.
  • 53 % présentaient le génotype 6/6 de l’UGT1A1, 44 % présentaient le génotype 6/7, et 3 % présentaient le génotype 7/7.
  • 97 % des patients ont fait l’objet d’une chirurgie.
    • 92 % ont obtenu une résection R0.
    • Les résultats étaient comparables ou supérieurs à ceux obtenus avec les autres schémas thérapeutiques de référence.
  • Taux pour les différents grades de réponse pathologique (GRP) :
    • GRP 1 : 36 % ;
    • GRP 2 : 25 % ;
    • GRP 3 : 39 %.
  • Un GRP 1 a été observé dans 46 % des tumeurs de type intestinal.
  • La survie sans maladie médiane était de 30,1 mois (IC à 95 % : 15,0 mois–non atteinte).
  • La survie globale (SG) médiane n’a pas été atteinte.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau des résultats selon le groupe de génotype de l’UGT1A1.
  • Une diarrhée de grade supérieur ou égal à 3 est survenue chez 18 % des patients.

Limites

  • Petit échantillon ; pas de groupe témoin.