L’acupuncture obtient de meilleurs résultats que les soins habituels dans le cadre de la neuropathie périphérique induite par chimiothérapie

  • Bao T & al.
  • JAMA Netw Open
  • 2 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’acupuncture soulage les symptômes de la neuropathie périphérique induite par chimiothérapie (NPIC), comparativement aux soins habituels, tandis que l’acupuncture factice n’améliore que les engourdissements.

Pourquoi est-ce important ?

  • La NPIC est invalidante et exacerbe la détérioration de la qualité de vie (QdV).
  • Il s’agit du premier essai à utiliser l’acupuncture factice comme deuxième contrôle.

Protocole de l’étude

  • Un essai pilote contrôlé randomisé a comparé 3 groupes : acupuncture réelle (n = 27), acupuncture factice (n = 24) et soins habituels (n = 24), pendant 8 semaines chez des patients atteints de tumeurs solides.
  • Le critère d’évaluation principal était la sévérité des symptômes de la NPIC, évaluée à l’aide de l’échelle d’évaluation numérique (0–10, où 10 représente les symptômes les plus sévères).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (NIH) ; Centre de cancérologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center) ; Fondation Frueauff (Frueauff Foundation).

Principaux résultats

  • Entre l’inclusion et la semaine 8, l’acupuncture réelle a démontré une réduction absolue de la douleur de -1,75 (P = 0,05), comparativement aux soins habituels, tandis que l’acupuncture factice n’a offert aucune amélioration, comparativement aux soins habituels (P = 0,31).
  • Entre l’inclusion et la semaine 8, l’acupuncture réelle a démontré une réduction absolue des picotements de -1,83 (P = 0,02), comparativement aux soins habituels, tandis que l’acupuncture factice n’a offert aucune amélioration, comparativement aux soins habituels (P = 0,18).
  • Entre l’inclusion et la semaine 8, l’acupuncture réelle (-1,54 ; P = 0,005) et l’acupuncture factice (-1,52 ; P = 0,003) ont démontré une réduction absolue de l’engourdissement, comparativement aux soins habituels.

Limites

  • Échantillon de petite taille.