L’activité physique fait partie intégrante des soins oncologiques chez les enfants

  • Spreafico F & al.
  • Pediatr Blood Cancer
  • 1 août 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une activité physique doit être incluse dans la pratique standard en matière de soins oncologiques.
  • Un programme personnalisé doit être suivi, sous la direction d’un professionnel expérimenté.
  • Toutes les parties prenantes, y compris les cliniciens et les parents, doivent promouvoir l’activité physique.

Points clés

  • L’inactivité doit être évitée, même chez les patients sous traitement intensif ou dont le pronostic est défavorable. Il est recommandé de pratiquer au moins 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée ou 75 minutes d’activité physique d’intensité vigoureuse par semaine, à raison de 2 à 5 séances de 10 à 60 minutes chacune.
  • Les variations considérables de la physiopathologie de la tumeur, des traitements et du pronostic nécessitent une certaine flexibilité au niveau des objectifs et du programme de l’activité physique ; une personnalisation est nécessaire.
  • Le traitement du cancer peut entraîner des diminutions significatives de la forme physique ; toute amélioration, voire toute stabilisation ou toute réduction des effets négatifs, doit être reconnue comme positive.
  • Les professionnels expérimentés doivent proposer un programme d’activité physique dont la sécurité et l’efficacité sont garanties.
  • Une supervision professionnelle permettra d’améliorer l’observance.
  • Les cliniciens doivent encourager les enfants à participer à des activités physiques.
  • L’identification et la prise en charge des contre-indications régulières à l’activité physique chez les enfants et les adolescents atteints d’un cancer sont difficiles.
  • Les bénéfices de l’activité physique et des sports vont au-delà de la forme physique, et les bénéfices pour les expériences émotionnelles, mentales et sociales, ainsi que la résilience, doivent être reconnus.
  • Les patients, les familles, les équipes de soins de santé et toutes les autres parties prenantes doivent être plus conscients des avantages associés à l’activité physique dans le cadre des soins oncologiques.