L’activité physique est supérieure à la testostérone pour la santé vasculaire chez les hommes d’âge mûr

  • Chasland LC & al.
  • Hypertension

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les hommes âgés de 50 à 70 ans dont le niveau de testostérone est faible/normal et présentant une adiposité centrale, une supplémentation en testostérone n’accroît pas les bénéfices sur la santé vasculaire apportés par l’activité physique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La fonction artérielle est un facteur prédictif de la santé cardiovasculaire future.
  • L’utilisation de testostérone a connu une forte hausse dans le monde, sur la base de données probantes limitées sur son efficacité.

Principaux résultats

  • 80 hommes ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de la testostérone (par voie transdermique) ou un placebo, avec la pratique ou non d’une activité physique dans chaque cas.
  • L’observance était élevée.
  • Pendant la période de 12 semaines, les niveaux de testostérone ont augmenté, passant à plus de 14 nmol/l chez 62 % de ceux ayant pris de la testostérone, contre 29 % de ceux ayant pris un placebo.
  • L’activité physique a amélioré tous les critères d’évaluation vasculaires, par rapport à l’administration de testostérone sans activité physique.
  • Elle a également amélioré les critères d’évaluation chez les personnes ayant pris un placebo, par rapport à celles ayant pris un placebo sans pratiquer d’activité physique.
  • Par rapport à l’administration de testostérone et l’absence d’activité physique, la dilatation médiée par le flux et l’augmentation relative par rapport à l’inclusion étaient toutes deux plus élevées avec la pratique d’une activité physique, qu’elle ait été accompagnée de l’administration de testostérone (P = 0,001) ou non (P = 0,004).
  • En effet, l’activité physique sans administration de testostérone a été associée à une amélioration de 28 % de la fonction artérielle, contre une amélioration de 19 % pour la pratique d’une activité physique accompagnée de l’administration de testostérone.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé de 12 semaines a été mené.
  • Les hommes qui ont été inclus avaient un tour de taille de 95 cm ou plus et un niveau de testostérone sérique de 6 à 14 nmol/l.
  • L’activité physique a été supervisée dans un centre.
  • Financement : Fondation nationale australienne du cœur (National Heart Foundation of Australia) ; Lawley Pharmaceuticals, Australie-Occidentale.

Limites

  • Faible nombre de patients dans chaque groupe.
  • Les participants étaient des volontaires non institutionnalisés ; un biais de motivation est donc possible.