L’activité physique est associée à une survie plus longue dans le cadre du cancer du sein métastatique HER2+

  • Delrieu L & al.
  • Sci Rep

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Comparativement à une activité physique légère, l’activité plus intensive n’est pas associée à une meilleure survie globale (SG) chez les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique (CSm).
  • Un sous-groupe atteint d’un CSm à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+) a fait exception en enregistrant une augmentation pouvant aller jusqu’à 77 % de sa SG avec une activité physique modérée à intensive.

Pourquoi est-ce important ?

  • D’autres études ont mis en évidence un lien entre la SG et l’activité physique dans le cadre du cancer du sein précoce.
  • Les données actuelles suggèrent que les patientes atteintes d’un CSm doivent être encouragées à pratiquer une activité physique.

Méthodologie

  • Il s’agit d’une analyse secondaire de l’étude de cohorte StoRM (N = 833).
  • L’activité physique au cours de l’année précédente a été évaluée au moyen d’un questionnaire auto-administré et stratifiée en légère (inférieure à 10 équivalents métaboliques [Metabolic Equivalent of Task, MET]-heure/semaine), modérée (10 à 50 MET-heure/semaine) et intensive (supérieure à 50 MET-heure/semaine).
  • Financement : ministère de la Santé français ; autres.

Principaux résultats

  • Dans la cohorte entière, 11,6 % des femmes pratiquaient une activité physique légère, 69 % une activité modérée et 19,3 % une activité intensive.
  • SG par niveau d’activité :
    • Légère : 35,5 mois.
    • Modérée : 40,9 mois.
    • Intensive : 50,4 mois.
  • Après une correction pour prendre en compte les facteurs de confusion, aucune association entre l’activité physique et la SG n’a été observée dans la cohorte entière.
  • Cependant, dans une analyse de sous-groupes, comparativement à une activité physique légère, les patientes atteintes d’un CSm HER2+ présentaient une SG plus longue lorsqu’elles pratiquaient :
    • une activité intensive : rapport de risque [RR] de 0,23 (IC à 95 % : 0,07–0,70) ;
    • une activité modérée : RR de 0,38 (IC à 95 % : 0,15–0,96).

Limites

  • Des questionnaires auto-administrés ont été utilisés pour évaluer l’activité physique.
  • Étude observationnelle.