L’acide zolédronique n’améliore pas la survie lorsqu’il est associé à une CTNA dans le cadre du cancer du sein HER2 négatif

  • Breast Cancer Res

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’acide zolédronique (AZ) à une chimiothérapie néoadjuvante a réduit la SG, mais n’a eu aucun effet sur la survie sans maladie (SSM), dans le cadre d’une analyse secondaire des données de l’essai de phase III NEOZOTAC, portant sur le cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats confirment l’absence d’amélioration au niveau du critère d’évaluation principal (réponse pathologique complète) lors de la publication de l’étude en 2014.
  • Ces résultats suggèrent que le bisphosphonate AZ n’apporte aucun bénéfice aux patientes atteintes d’un cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé (n = 246) a été mené auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein HER2 négatif (stades II/III), qui ont reçu 6 cycles standards du schéma néoadjuvant docétaxel/doxorubicine/cyclophosphamide (TAC), avec ou sans 4 mg d’AZ par voie intraveineuse dans les 24 heures suivant la chimiothérapie.
  • Résultats secondaires : SSM, SG.
  • Financement : Société néerlandaise du cancer ; Novartis ; Sanofi Aventis ; Amgen.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 6,43 ans.
  • Les patientes recevant de l’AZ (comparativement à celles n’ayant pas reçu d’AZ) ont présenté une réduction de la SG lors de l’analyse multivariée (rapport de risque [RR] : 0,468 ; P = 0,040).
  • Aucune différence entre les groupes (AZ, comparativement à l’absence d’AZ) n’a été observée au niveau de la SSM.
  • Bien que l’expression des récepteurs de l’insuline facteur de croissance 1 à l’inclusion n’ait pas été associée à la SSM ou à la SG, un taux d’insuline sérique plus faible à l’inclusion a été associé à une amélioration de la SSM (RR : 1,025 ; P = 0,014), dans le cadre d’une étude supplémentaire prédéfinie.

Limites

  • Échantillon de petite taille.