L’acide acétylsalicylique permet de prévenir le cancer colorectal en cas de syndrome de Lynch

  • Burn J & al.
  • Lancet
  • 13 juin 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un suivi à long terme révèle que l’acide acétylsalicylique permet de réduire l’incidence du cancer colorectal en cas de syndrome de Lynch.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs estiment qu’il existe désormais un « argument solide » pour prescrire de l’acide acétylsalicylique aux jeunes adultes présentant une déficience germinale de la réparation des mésappariements de l’ADN.

Protocole de l’étude

  • Données de suivi à 10 ans ou plus issues d’un essai contrôlé randomisé multicentrique (CAPP2 ; N = 861).
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’acide acétylsalicylique quotidienne (2 doses par jour ; 300 mg chacune) ou un placebo.
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer au Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Union européenne ; Bayer Pharma AG ; Fondation Barbour, autres.

Principaux résultats

  • À 2 ans, aucune différence significative entre les groupes n’a été observée au niveau de la fréquence d’une mesure combinée comprenant la formation de carcinomes et d’adénomes colorectaux.
  • Une analyse de la population en intention de traiter a révélé un effet protecteur de l’acide acétylsalicylique contre le cancer colorectal (rapport de risque [RR] : 0,65 ; P = 0,035).
  • Une régression binomiale négative qui a examiné tous les diagnostics de cancers primitifs dans le spectre du syndrome de Lynch a révélé un effet protecteur contre le cancer (rapport du taux d’incidence : 0,58 ; P = 0,0085).
  • Lorsque l’analyse était limitée aux participants ayant reçu de l’acide acétylsalicylique pendant au moins 2 ans, l’effet protecteur était similaire (RR : 0,56 ; P = 0,019).
  • Les deux groupes ont présenté des fréquences d’événements indésirables similaires.

Limites

  • Les données concernant l’adénome sont incomplètes, ce qui oblige l’analyse à être limitée au critère d’évaluation du cancer.