L’accès à l’échographie est sujet à de grandes disparités en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a identifié d’importantes disparités dans l’accès des médecins généralistes (MG) à l’échographie sur place en Europe. Ce résultat intervient dans un contexte où les recherches suggèrent que l’échographie sur le lieu de soins réalisée par des MG pourrait conduire à une amélioration de la précision diagnostique.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont examiné les données portant sur 2 086 médecins généralistes dans 20 pays européens et provenant de l’enquête Örenäs, afin d’explorer les différences en matière de disponibilité des échographies diagnostiques abdominales ou pelviennes.

L’étude a révélé que le pourcentage médian (minimum-maximum) de MG en Europe ayant accès à l’échographie abdominale sur place était de 15,3 %, avec des variations importantes entre les pays (0,0–98,1 %). Au total, 12,1 % des MG (0,0–30,8 %) avaient accès à l’échographie pelvienne sur place.

Aucune association statistiquement significative n’a été constatée entre les caractéristiques des MG et l’accès sur place à l’échographie abdominale ou pelvienne. Toutefois, les cabinets de plus grande taille étaient significativement associés à des taux plus élevés en ce qui concerne la disponibilité sur place de l’échographie et la présence sur place d’un confrère spécialisé dans un domaine médical ayant traditionnellement recours à l’échographie. 

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue BMJ Open, étant donné que les données probantes continuent de soutenir l’échographie sur le lieu de soins en tant que test à réaliser en première intention, des stratégies de mise en œuvre visant à accroître la disponibilité de cette technologie dans le cadre des soins en médecine générale sont nécessaires.