L’ablation des amygdales et des végétations adénoïdes est associée à des maladies respiratoires, allergiques et infectieuses


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’ablation des amygdales et des végétations adénoïdes durant l’enfance augmente le risque à long terme de maladies respiratoires, allergiques et infectieuses. C’est ce que suggèrent de nouveaux résultats de la première étude ayant visé à estimer les associations pathologiques à long terme en cas de tonsillectomie et d’adénoïdectomie durant l’enfance pour un vaste éventail de maladies. 

Les chercheurs ont analysé les données de 1 189 061 enfants nés au Danemark entre 1979 et 1999 qui couvraient au moins les 10 premières années de leur vie et allaient jusqu’à leur 30 ans. Parmi ces enfants, 17 460 ont fait l’objet d’une adénoïdectomie, 11 830 d’une tonsillectomie et 31 377 d’une ablation des amygdales et des végétations adénoïdes. 

Ils ont découvert que l’adénoïdectomie et la tonsillectomie étaient associées à une multiplication par deux ou trois des maladies des voies respiratoires supérieures. L’ablation des amygdales et des végétations adénoïdes a été associée à un risque accru de 17 % de maladies infectieuses, ce qui correspond à une hausse du risque absolu de 2,14 %. Les augmentations des risques absolus de maladies à long terme se sont avérées considérablement plus importantes que les changements au niveau du risque des troubles que ces chirurgies visaient traiter. 

Selon les auteurs, qui ont présenté leurs résultats dans la revue JAMA Otolaryngology Head & Neck Surgery, les associations qu’ils ont identifiées « semblent justifier la réévaluation d’alternatives potentielles à la chirurgie ».