KEYNOTE-028 : le pembrolizumab s’avère efficace dans le cadre du cancer de l’ovaire

  • Varga A & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 3 déc. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le pembrolizumab est bien toléré chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé, récidivant et positif au ligand 1 de mort programmée (Programmed Death Ligand 1, PD-L1).
  • Le taux de réponse globale était de 11,5 % ; près de 27 % des patientes présentaient une maladie stable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic du cancer de l’ovaire avancé est défavorable.
  • Ces résultats sont encourageants et nécessitent des investigations complémentaires.

Protocole de l’étude

  • L’étude multicentrique de phase IB KEYNOTE-028 a été menée auprès de 26 patientes (âge médian : 57,5 ans) atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire, des trompes de Fallope ou d’un carcinome péritonéal primitif avancé, positif au PD-L1 et ayant présenté un échec à un traitement préalable.
  • 38,5 % des patientes étaient atteintes d’une maladie métastatique et 73,1 % avaient préalablement reçu au moins trois lignes de traitement.
  • Les patientes ont reçu du pembrolizumab (10 mg/kg toutes les 2 semaines) pendant 24 mois ou moins, ou jusqu’à la progression de la maladie/survenue d’une toxicité intolérable.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • La durée médiane de suivi était de 15,4 mois.
  • 73,1 % des patientes ont présenté des événements indésirables liés au traitement (EIT), dont les plus fréquents étaient une arthralgie (19,2 %), des nausées (15,4 %), un prurit (15,4 %), des diarrhées (11,5 %) et des éruptions cutanées (11,5 %).
  • Un EIT de grade supérieur ou égal à 3 (augmentation du taux plasmatique de transaminases) a été rapporté.
  • Le taux de réponse globale était de 11,5 % (une réponse complète, deux réponses partielles) et 26,9 % des patientes ont obtenu une maladie stable.
  • La SSP médiane était de 1,9 mois (IC à 95 % : 1,8–3,5) et la SG était de 13,8 mois (IC à 95 % : 6,7–18,8).

Limites

  • Étude menée en ouvert.