Journée mondiale inaugurale de la sécurité des patients


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À l’occasion de la toute première Journée mondiale de la sécurité des patients organisée aujourd’hui, le 17 septembre, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) lance une campagne mondiale pour inciter les populations à témoigner de leur engagement pour rendre les soins de santé plus sûrs.

Le lancement de la campagne intervient dans un contexte où, selon les dernières données, 4 patients sur 10 subissent des préjudices dans des structures de soins de santé en médecine générale ou ambulatoires et où il est possible d’éviter jusqu’à 80 % de ces préjudices. Les erreurs les plus préjudiciables sont liées au diagnostic, aux prescriptions et à l’utilisation des médicaments. Selon l’OMS, les erreurs médicamenteuses à elles seules entraînent des coûts annuels estimés à 42 milliards de dollars américains (environ 38 milliards d’euros). Jusqu’à 25 % des patients souffrent de complications provoquées par des procédures de soins chirurgicaux à risque et, chaque année, 1 million de personnes décèdent pendant l’acte chirurgical ou immédiatement après.

L’OMS encourage les professionnels de santé à s’assurer de faire participer les patients en tant que partenaires dans leurs soins et de collaborer avec les patients afin de créer une culture de la sécurité des patients qui soit ouverte et transparente. 

« Nous avons besoin d’une culture de la sécurité des patients qui fasse la promotion du rôle de partenaire des patients et qui favorise la possibilité pour les agents de santé de signaler des erreurs, d’en tirer les enseignements et de travailler dans un climat de bienveillance. Les agents de santé doivent être davantage responsables et bénéficier de la formation nécessaire pour réduire les erreurs », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.