JNLF : Vaccinations et SEP : Recommandations de la Société Francophone

  • Dr Chloé Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les médias et les lobbys anti-vaccin en ont fait leurs choux gras lorsque les vaccins ont été accusés de déclencher la sclérose en plaques (SEP) ou les poussées (et en particulier l'aluminium présent dans le vaccin contre l'hépatite B). Et, ils ont notamment « omis » de rappeler que plusieurs maladies, essentiellement celles pour lesquelles la vaccination est obligatoire, ont disparu (ou quasi disparu) avec la vaccination.

Il persiste encore des réticences à la vaccination, tant auprès des patients que des professionnels de santé, réticences « stimulées » chez le patient souffrant de SEP par l'enrichissement de l'arsenal thérapeutique avec des traitements immunosuppresseurs ou immunomodulateurs. C'est dans ce cadre que la Société Francophone de Sclérose en Plaques (SFSEP) s'est posée la question de l'application du calendrier vaccinal et de la prévention des risques infectieux potentiels en enrichissant ses recommandations des données de la littérature afin de proposer des documents d'informations aux patients et professionnels de santé sur le calendrier vaccinal adapté aux situations thérapeutiques dans la SEP. Le problème est réel si l'on se réfère aux données d'une étude du CHU de Grenoble qui a montré que 17 % seulement des patients souffrant de SEP ont été vaccinés contre la grippe saisonnière 2016/2017 avec 16 % chez les moins de 65 ans (inférieur à la population générale, 37-39 %), 47 % chez les plus de 65 ans (comparable à la population générale, 49 %). Parmi ces patients, 46 % sont vaccinés par leur médecin traitant et 13,6 % vaccinés annuellement contre la grippe.

Ces données éparses ne doivent pas faire oublier que l'on ne dispose pas de données sur la couverture vaccinale des patients atteints de SEP en France, ni sur leurs craintes vis-à-vis des vaccins.
Le Groupe Français pour les Recommandations dans la Sclérose en Plaques (France4MS) a donc fait une revue systématique des articles issus de PubMed et d'autres bases documentaires publiés entre janvier 1975 et juin 2018 afin de répondre à 4 questions :
- les vaccins sont-ils associés à un risque accru de SEP ?
- les vaccins sont-ils associés à un risque accru de déclenchement des poussées et/ou d'aggravation du handicap ?
- les vaccins sont-ils aussi efficaces chez les patients souffrant de SEP que dans la population générale ?
- les vaccins sont-ils efficaces chez les patients souffrant de SEP exposés à un traitement immunoactif ?

Cette revue a donné lieu à la rédaction d'un document auquel 22 experts ont contribué. La version finale de synthèse a été validée par un groupe de 110 professionnels de santé multidisciplinaires.
Pratiquement, les vaccins ne sont pas associés à un risque accru de survenue d'une SEP, y compris les vaccins contre l'hépatite B et le papillomavirus humain et ils ne sont pas associés à un risque accru de poussée (les données sont cependant insuffisantes pour la fièvre jaune).

Il est dès lors recommandé :
- de vérifier le statut vaccinal dès le diagnostic et avant introduction de traitements immunoactifs ;
- d'appliquer le calendrier vaccinal ;
- de toujours proposer la vaccination contre la grippe saisonnière.

En cas d'immunosuppression, il est recommandé :
- d'informer des risques infectieux et d'appliquer les recommandations du Haut Conseil pour la Santé Publique ;
- d'appliquer à l'entourage immédiat le calendrier vaccinal, la vaccination contre la grippe et la varicelle ;
- les vaccins vivants atténués sont contre-indiqués ;
- les autres vaccins peuvent être proposés, mais leur efficacité pourrait être réduite selon le traitement.
Ces recommandations pratiques seront diffusées par la SFSEP.